Le premier cas de Covid19 a été signalé dans la ville de Wuhan (la capitale de la province du Hubei) date du 17 novembre 2019 en Chine. Le 22 janvier, le gouvernement chinois place sous quarantaine trois villes de la province de Hubei: Wuhan, Huanggang et Ezhou. D’autres villes comme Shanghai et Pékin sont également concernées.

Les autorités chinoises interdisent tout trafic aérien, ferroviaire, 

routier et fluvial à destination et en provenance de ces trois agglomérations, à l’intérieur desquelles les transports publics (autobus, métro) sont également suspendus. Les autorités ordonnent également la fermeture des lieux publics de divertissement à l’instar des salles de cinémas, des salles de spectacle ou encore des cybercafés. Le port du masque est rendu obligatoire.

Le confinement est relativement strict et contrôlé. Aussi, deux hôpitaux de campagne sont construits de 25 000 m2 et pouvant accueillir jusqu’à mille patients et l’autre pour mille six cents patients. Alors que l’épidémie s’était fortement ralenti, une deuxième vague est annoncée en juin, touchant plus spécifiquement la ville de Pékin. La ville se reconfine après une augmentation de cas dans la ville, dû à une contamination dans un marché de gros.

La Chine est le pays le plus peuplé au monde, avec 1,4 milliard de personnes. C’est aussi le pays qui connait l’une des plus grande diaspora de la planète. Les Chinois d’outre-mer ont débuté leur émigration à la fin du 16ème siècle. Elle s’est intensifiée dans la deuxième partie du

19ème siècle et poursuivie jusque à l’époque contemporaine. Les Chinois d’outre-mer sont aujourd’hui présents sur tous les continents (Zhipeng Li, 2017[1]).

La communauté chinoise en France s’est formée par vagues successives de migrants venus à différentes époques et pour des raisons diverses. Elle est estimée à environ entre 600 000 à 700 000 personnes, soit la plus importante d’Europe. Elle est particulièrement concentrée en Ile de France et à Paris dans le 13ème arrondissement, plus souvent appelé le « quartier chinois ».

La crise de la Covid, en plus de malmener la santé des personnes, a été révélatrice d’une peur de l’Autre. Celui et celle, qui dans notre inconscient, a fait entrer l’épidémie en France est devenu indésirable. Pendant cette crise, la communauté chinoise a connu diverses formes de stigmatisations et de discriminations à son encontre, assimilant les Chinois.e.s de France directement au virus. Sur les réseaux sociaux, s’est développé le #Jenesuispasunvirus pour lutter contre cette stigmatisation. Deux personnalités de la société civile chinoise de France ont accepté de répondre à nos questions et nous apprennent d’une communauté, que nous ne connaissons que très peu. Nous les en remercions.

[1] Voir la thèse de Zhipeng Li « La diaspora Wenzhou en France et ses relations avec la Chine » : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01819716/document

Interview croisée