FORIM

A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le paludisme, le FORIM et son représentant Rachid CONGO, administrateur et référent de la commission jeunesse a fait une intervention le mardi 25 avril à la Mairie de Paris centre, dans le cadre de l'événement "Il est temps d’atteindre Zéro Palu : les élus s’engagent". Cet événement organisé par l’association des Élus Locaux Contre le Paludisme (ELCP) et soutenu par le Fonds Mondial et Speak Up Africa, a permis de mettre en lumière l'engagement des diasporas membres du FORIM et de leurs actions liés à la lutte contre le paludisme.

Les diasporas mobilisés autour de la question du paludisme

Pendant l'intervention le représentant du FORIM a souligné que la dette morale des diasporas figure parmi les principaux facteurs de cette mobilisation. En effet, dans certains pays d'Afrique, le paludisme est toujours très répandu. Ce sentiment de redevabilité fait que les diasporas, et en particulier les diasporas en France, sont particulièrement active et ont ce désir d’être utile à leur patrie d’origine qui rencontre encore des difficultés pour lutter contre cette maladie.

Les actions du FORIM

Le FORIM avec l'appui de son dispositif de cofinancement PRA/OSIM accompagne ses membres dans la création et la mise en œuvre de projets de développement dont certains visent directement ou indirectement la lutte contre le paludisme. Concrètement, deux domaines d’intervention du PRAOSIM sont liés à cette lutte. Tout d'abord, les projets de développement local dans le secteur de l’eau et de l’assainissement participent à la prévention de cette maladie. D’autre part, les projets du secteur de la santé (par exemple projet de construction de centre de santé, d’achat de matériels sanitaires et produits pharmaceutiques) contribuent à ce que les populations puissent recevoir des traitements contre le paludisme. A ce jour, le FORIM a cofinancé avec des subventions de maximum 15 000 euros, environ 199 projets dans ces deux domaines. Sur l'ensemble des projets accompagnés par le FORIM, 1 projet sur 4 est consacré à la lutte contre le paludisme.

Ces actions du FORIM et de l'ensemble des partenaires engagés dans ce domaine restent cependant encore très insuffisantes pour atteindre le niveau du zéro Palu. Le lancement de cette nouvelle organisation des élus locaux contre le paludisme arrive à point nommé pour compléter et renforcer les engagements des dernières années. Ce portage politique, absent depuis longtemps sur le sujet en France, permettra de mettre en lumière cette problématique de santé publique, et viendra appuyer les actions des diasporas pour changer la situation.

Depuis le lancement du programme Coopération Régionale des Politiques Migratoires, le FORIM et ses partenaires accompagnent les points focaux à organiser des ateliers de restitution afin de partager les résultats principaux de différentes cartographies réalisées.
Ces documents proposent un mapping des activités portées par les organisations de la société civile dans le domaine de la protection des droits des migrant.e.s dans 7 pays du continent africain.

Après une 1ère restitution à Douala au Cameroun le 29 septembre, trois autres ateliers ont eu lieu à Bamako au Mali le 4 octobre, à Tunis en Tunisie le 5 octobre et à Dakar au Sénégal le 27 Octobre. Ces temps d’échange ont permis de faire un état des lieux du profil des organisations interrogées, du dialogue avec les autorités et des besoins de la société civile, chaque pays ayant des problématiques différentes vis-à-vis des attentes en vers les pouvoirs publics.

Au Mali, la présence du point focal institutionnel du programme CRPM durant l’atelier a permis d’améliorer la visibilité des activités de la société civile malienne auprès du Ministère des Maliens établis à l’extérieur et de l’intégration africaine, et ainsi, de renforcer le dialogue entre pouvoirs publics et organisations de la société civile. Ce moment d’échange a finalement été l’occasion pour les acteurs de la société civile de se réunir et de réaffirmer la nécessité de continuer à œuvrer en synergie pour des politiques migratoires plus attentives aux droits humains, dans un contexte politique national difficile marqué par le gel des relations diplomatiques entre la France et le Mali.

En Tunisie, une meilleure concertation avec les autorités tunisiennes, à la fois locales et nationales, semble nécessaire pour renforcer les activités de plaidoyer encore difficiles d’atteinte pour certaines organisations de la société civile participante. Ces recommandations vont inspirer le programme des prochaines réunions du comité national en Tunisie, notamment les parcours de formation du CRPM visant à renforcer les capacités des organisations de la société civile, sur la base des besoins identifiés et exprimés par les participant.s.es.

Au Sénégal, sous l’impulsion de l’organisation REMIDEV -  point focal du programme dans ce pays - et avec la participation du FORIM, des organisations de la société civile sénégalaises engagées se sont réunis pour débattre des résultats de la cartographie et identifier les besoins de renforcement des acteurs en présence.  

Le Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI) et la Fondation de France viennent de lancer l’appel à projets 2022 du programme Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest (Pafao).

En 2022, le programme apporte un appui financier exclusivement à des initiatives qui répondent à l’une (ou plusieurs) de ces 3 questions :

‒     Comment la mise en marché des produits locaux peut-elle être rémunératrice pour les paysannes, les paysans et les autres acteurs des filières, au-delà des marchés de niche, et vectrice d’une alimentation de qualité produite et transformée dans le pays ou la sous-région ?

‒     Comment les produits locaux issus de l’agriculture familiale paysanne peuvent-ils accéder de façon pérenne aux marchés institutionnels ?

‒     Comment faire des consommateurs ouest-africains, et leurs organisations, des acteurs à part entière de la consommation massive des produits locaux sains ?

Si vous voulez répondre à l’appel à projets, les documents à télécharger sont disponibles sur https://www.cfsi.asso.fr/appel-a-projets-promotion-de-lagriculture-familiale-en-afrique-de-louest-pafao-2022/ ainsi que sur https://www.fondationdefrance.org/fr/promotion-de-lagriculture-familiale-en-afrique-de-louest

Date limite pour le dépôt des dossiers : mardi 22 février 2022

Rappel : l’appel est réservé aux projets portés en partenariat par une organisation ouest-africaine ET une organisation européenne

Un temps d'échange aura lieu par visioconférence le lundi 24 janvier 2022 de 16h à 17h (heure française) pour répondre à vos éventuelles questions sur cet appel à projets. Voici le lien pour s'y inscrire : cliquez ici

Avant de répondre à cet appel, veuillez lire attentivement l’ensemble des lignes directrices

Pour toute question, merci de nous contacter à l'adresse suivante : secr.aea@cfsi.asso.fr


Consulter l'appel

Le 8 octobre 2021, s’est tenu à Montpelier le Sommet Afrique – France. Cette édition 2021, consacrée à la jeunesse d’Afrique et de France avait pour ambition de regrouper des jeunes entrepreneurs, artistes, chercheurs, athlètes, étudiants, personnalités engagées d’Afrique et de France sans la présence de chefs d’Etat et d’autorités institutionnelles

Le Nouveau Sommet Afrique-France a servi de cadre pour questionner et redéfinir les fondamentaux de la relation entre la France et le continent africain, en écoutant la jeunesse, en répondant à ses interrogations et en créant un nouvel espace de dialogue orienté vers l’avenir.

Les participants à ce sommet (environ 3 000) ont échangé sur une demi-journée, autour de cinq (05) grandes thématiques – l’engagement citoyen, l’entreprenariat et l’innovation, l’enseignement supérieur et la recherche, la culture et le sport.   Les débats ont abordé les approches sur la manière de nouer des nouveaux réseaux, de concevoir des projets communs, de bâtir des ponts.

Sur la base des rencontres organisées en amont en janvier 2021 avec les représentants du MEAE chargés de l’organisation du Sommet et en mai 2021, entre le FORIM et l’ambassadeur ITTE, envoyé spécial pour la diplomatie publique en Afrique, une liste de jeunes issus du réseau du FORIM a été invitée. Trois (03) d’entre eux ont été mobilisé pour préparer les échanges en amont du sommet. Le COSIM Occitanie Méditerranée, représentant du FORIM sur ce territoire, a également participé aux activités de préparation du Sommet en lien avec la vice-présidence de la Métropole Montpellier, avec le RRMA Occitanie Coopération et en présence d’une délégation de l’Elysée dont l’ambassadeur Sylvain ITTE.

Lors du sommet, deux lauréats et ambassadeurs du programme génération climat sont intervenus dans des tables rondes qui ont eu lieu sur la session Engagement citoyen et démocratie. A leurs côtés, le FORIM a également dépêché à ce Sommet, une délégation officielle d’administrateurs jeunes de son réseau, Ibrahima DIALLO (AJGF) et Hamsa Adamou Anarouwa (CONIF) respectivement référents élus de la commission jeunesse et du programme génération climat (PGC). Des représentants jeunes de membres du FORIM étaient également présents, comme l’UABF.


visitez le site du Sommet

A l'occasion de la 59ème Journée internationale de la femme africaine (JIFA), l'Organisation des femmes africaines et de la diaspora (OFAD) organise une conférence en ligne le mardi 20 juillet 2021.
Le thème : Construire une nouvelle Afrique avec les Femmes : rôle de la diaspora féminine.

AU PROGRAMME : 

Plénière : Pourquoi les femmes pour construire une nouvelle Afrique ?
Le poids des femmes dans la société africaine ne date pas d’hier mais souvent oublié lors des grandes décisions, qu’en sera-t-il après la pandémie ? L’Afrique aura-t-elle les moyens de se construire sans elles ?

2 ateliers : Cherchons les voies pour faire entendre nos voix.
•Atelier 1 : Quelle Afrique les femmes aspirent-elles à construire ?
L’Afrique économique, sociale, culturelle, environnementale et même militaire conçue par les femmes,
•Atelier 2 : La diaspora féminine dispose-elle des atouts pour être reconnue comme actrice de la construction du continent ?
Le transfert des fonds des femmes est un invisible dans le visible. Ces importantes sommes transférées par les femmes et dont on parle peu peuvent-elles contribuer à donner plus de voix aux femmes ?

INSCRIPTION OBLIGATOIRE ET GRATUITE POUR PARTICIPER A L'EVENEMENT


Inscrivez-vous

Avec le soutien principal de l'Agence française de Développement

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram