Le 8 octobre 2021, s’est tenu à Montpelier le Sommet Afrique – France. Cette édition 2021, consacrée à la jeunesse d’Afrique et de France avait pour ambition de regrouper des jeunes entrepreneurs, artistes, chercheurs, athlètes, étudiants, personnalités engagées d’Afrique et de France sans la présence de chefs d’Etat et d’autorités institutionnelles

Le Nouveau Sommet Afrique-France a servi de cadre pour questionner et redéfinir les fondamentaux de la relation entre la France et le continent africain, en écoutant la jeunesse, en répondant à ses interrogations et en créant un nouvel espace de dialogue orienté vers l’avenir.

Les participants à ce sommet (environ 3 000) ont échangé sur une demi-journée, autour de cinq (05) grandes thématiques – l’engagement citoyen, l’entreprenariat et l’innovation, l’enseignement supérieur et la recherche, la culture et le sport.   Les débats ont abordé les approches sur la manière de nouer des nouveaux réseaux, de concevoir des projets communs, de bâtir des ponts.

Sur la base des rencontres organisées en amont en janvier 2021 avec les représentants du MEAE chargés de l’organisation du Sommet et en mai 2021, entre le FORIM et l’ambassadeur ITTE, envoyé spécial pour la diplomatie publique en Afrique, une liste de jeunes issus du réseau du FORIM a été invitée. Trois (03) d’entre eux ont été mobilisé pour préparer les échanges en amont du sommet. Le COSIM Occitanie Méditerranée, représentant du FORIM sur ce territoire, a également participé aux activités de préparation du Sommet en lien avec la vice-présidence de la Métropole Montpellier, avec le RRMA Occitanie Coopération et en présence d’une délégation de l’Elysée dont l’ambassadeur Sylvain ITTE.

Lors du sommet, deux lauréats et ambassadeurs du programme génération climat sont intervenus dans des tables rondes qui ont eu lieu sur la session Engagement citoyen et démocratie. A leurs côtés, le FORIM a également dépêché à ce Sommet, une délégation officielle d’administrateurs jeunes de son réseau, Ibrahima DIALLO (AJGF) et Hamsa Adamou Anarouwa (CONIF) respectivement référents élus de la commission jeunesse et du programme génération climat (PGC). Des représentants jeunes de membres du FORIM étaient également présents, comme l’UABF.