En ce jour de lutte internationale contre les violences faites aux femmes et aux filles, le FORIM se joint aux organisations de l’ONU et se mobilise pour sensibiliser et agir afin de bâtir un monde sans violence basée sur le genre.
 
Par le biais de plusieurs associations œuvrant à la défense des droits des femmes et des filles et le travail de la Commission genre qui travaille à la transversalité du genre dans l’association, ses projets et les projets qu’elle soutient, l’engagement du FORIM et ses membres est marqué par cette volonté.
Malgré l’ouverture de la parole et la sensibilisation au sujet, la société civile dénonce, aujourd’hui et tout au long de l’année, la persistance des violences à l’égard des femmes et des filles et le manque de solutions. 
 
La situation s’est aggravée depuis le début de la crise sanitaire avec ce que nomme l’ONU, la “Pandémie fantôme”. Dans certains pays, les violences contre les femmes et les filles ont été multipliées par 5.
 C’est pourquoi les associations du FORIM se mobilisent aujourd’hui.